fbpx

Qu’est-ce qu’un persona et comment l’utiliser quand on est auteur ?

Qu'est-ce qu'un persona

       Le bureau croule sous les notes, les idées créatives fourmillent. Bref le manuscrit est fin prêt à être écrit. Mais attention il manque encore une donnée importante. A savoir à quel public s’adresse ce récit ? En effet un ouvrage qui correspondrait en théorie à beaucoup de monde finit souvent en pratique par ne correspondre à personne. Néanmoins pas de panique car il est possible de répondre à cette question avec une méthode accessible, visuelle et efficace. D’ailleurs l’article sur le choix des réseaux sociaux pertinents pour un auteur, en parle. Cette méthode, c’est le persona. Mais qu’est-ce que le persona ? Comment se présente-t-il ? Quelle est l’efficacité de la méthode ? Comment le rédiger ?

Ce billet se propose de décortiquer ce concept et certainement de  transmettre l’envie de trouver des personae. Dans un premier temps, seront abordées les propriétés générales du persona. Ensuite seront présentés les atouts apportés par cette méthode aux écrivains. Enfin il sera décrit une manière de construire un persona. Avec tout cela, la question – qu’est-ce qu’un persona – ne sera plus si floue.

Propriétés générales

       Tout d’abord il faut savoir que le terme persona vient du latin « personare » qui signifie en latin « parler à travers ». Mise en exergue dans les théories de Jung. L’idée de persona renvoie au masque derrière lequel tout individu se plie aux exigences sociales. Ce masque est la porte d’entrée vers les autres et permet ainsi la mise en relation avec ceux-ci. 

Plutôt resté discret, le concept est popularisé en pleine bulle Internet par Alan Cooper. A la fin du siècle dernier, il utilise le persona afin de caractériser les futurs utilisateurs de logiciels en conception. Selon lui « Les personae ne sont pas des personnes réelles, mais ils les représentent au cours du processus de conception. Ils sont des archétypes hypothétiques d’utilisateurs réels. Bien qu’ils soient imaginaires, ils sont élaborés avec rigueur et précision ». L’idée de Cooper est simple : le fait de se référer à une personne trop générique conduit les concepteurs à imaginer des systèmes qui, conçus pour tous, ne conviennent finalement à personne

Cooper voit alors, dans la personnalisation, un moyen d’enrichir les représentations des utilisateurs pour les concepteurs. Le persona propose de penser la conception d’un objet avec un utilisateur spécifique. C’est une personne quasi réelle, avec des traits particuliers, un visage typique et un nom distinctif. Dans ce cadre il est alors possible de faire une analogie avec l’univers éditorial. En effet cet outil emprunté à la psychologie peut s’utiliser pour orienter la trame d’un livre en fonction du persona définit. Enfin une fois le livre dans les étagères des libraires. Définir une campagne de promotion et de communication compatibles avec les spécificités du persona imaginé en amont est souvent le début d’une réussite.  [1] 

Définition d'un persona

       Pour commencer, un persona est une aide à la représentation des connaissances relatives aux lecteurs futurs. Il cadre ce qui va ou peut se passer pour des utilisateurs. Aussi il organise, les différentes contraintes (matérielles, sociales, techniques, financières, humaines, temporelles, etc.).

Les personae sont, en effet, exclusivement présentés comme un moyen d’atteindre des buts :

  • Fournir un modèle de lecteur ;
  • Dans le cas d’une conception par équipe, renforcer la communication entre les membres;
  • Faciliter la prise de décision et la prospective.  

Un persona est donc une sorte de proto-concept ou, encore, une configuration d’informations sociales, affectives et cognitives de nature individualisée :

  • Sociales, car elles situent toujours le lecteur dans un contexte professionnel ou domestique, qui donne du sens à son action ;
  • Affectives, car elles humanisent le lecteur en lui donnant un visage, des valeurs, un nom, une histoire singulière ;
  • Cognitive, car elles permettent, aux concepteurs, de générer des idées, de penser à des fonctions. Finalement, de déduire des spécifications sur les produits qui seraient utiles aux personae.

Les personae représentent des lecteurs types, afin de penser aux fonctions, besoins, attentes, dont ces futurs sympathisants pourraient avoir. Ils doivent donc avoir un potentiel évocateur pertinent pour la conception. Ainsi qu’aider à générer ou à enrichir les idées des auteurs-concepteurs, en leur donnant des représentations pour guider leurs décisions.  En bref, ce sont des « instruments cognitifs » pour penser et guider les décisions en matière de conception. [1]

 

Présentation détaillée du persona

       Généralement la présentation des personae se fait, selon deux modes : un mode analytique, qui recense les informations par persona, et un mode synthétique, destiné à rassembler tous les personae sur un même support (un site web, un tableau, un graphique).

Selon le mode analytique, un persona se présente, majoritairement, sous la forme d’une fiche descriptive d’une ou deux pages. Cette fiche comporte, le nom du persona, sa photo et diverses informations regroupées selon certaines rubriques etc. A partir de cette fiche d’identité, selon les possibilités de présentation et les moyens mis à disposition des rédacteurs de personae. Ceux-ci peuvent se présenter sous la forme de photos, de figurines articulées, d’avatars, de dessins etc.

Le mode synthétique vise à souligner les liens existant entre les différents personae relatifs à un même projet. Ce deuxième mode de présentation doit permettre, aux concepteurs des personae, de comprendre leurs relations les uns par rapport aux autres. Il cherche à donner une représentation globale sur l’ensemble des profils d’utilisateurs. [1]

Exemples de personae

       Pour continuer dans cette partie sera appliquée la théorie afin d’obtenir un premier exemple.

Ici le persona imaginé concerne un essayiste qui rédige un essai sur la place des jeunes mamans salariées dans la société. Ce dernier cherche à s’adresser aux nouvelles mères et à leur patron et qui ont envie d’élever leur niveau de compréhension de la société afin de l’améliorer. 

Persona 1
Persona exemple 1
Persona 2
Persona exemple 2

Construction d'un persona

       Sa construction peut se faire seul ou à plusieurs, dans le premier la subjectivité du persona sera plus marquée que dans le second, ce qui n’est pas nécessairement une tare. De plus un tel outil est voué à évoluer dans le temps, changer au cours de découvertes, d’enquêtes, de discussions. La manière de construire un persona se divise en deux catégories : l’une qualitative et l’autre quantitative.  

Méthode qualitative

       La qualitative donne une vision globale du persona et dépourvues de données statistiques, les méthodes peuvent être nombreuses. Telle que l’observation de ses lecteurs. Pour se faire vous pouvez dresser un portrait-robot des traits psycho-sociologiques de vos lecteurs déjà conquis. Qu’ils aient été rencontrés en librairie, lors de salon, dans un café ou au bordel, ils constituent le premier vivier d’information pour bâtir le persona. Il est également possible de se fier aux rencontres virtuelles faites avec les lecteurs ou les sympathisants. Bien que moins complètes que les interactions « IRL (In Real Life) » elles sont malgré tout une source de renseignement fiable.

Méthode quantitative

      Quant à la quantitative, elle décrit le persona sous l’angle des données chiffrées et comparables. Parmi les ressources, il y a les données statistiques fournies par différents organismes. Par exemple par le SNE (Syndicat National de l’Edition) dans ses diverses enquêtes (qui sont souvent offertes sur leur site).

Mais aussi il est possible de bâtir sa propre enquête grâce aux outils numériques. En outre ils sont accessibles, aisément partageables et en général calculent automatiquement les statistiques essentiels des réponses.
Enfin pour ceux qui possèdent leur site personnel il est possible d’extraire de celui-ci des informations chiffrées pertinentes sur le profil des internautes visiteurs. 

Globalement ces voies-là, sont les principales aboutissant à un persona assez pertinent. Néanmoins il ne faut pas oublier qu’un persona est constamment mis à jour au gré des informations collectées. Le construire à plusieurs est souvent une bonne idée, car la réalité est plus proche de la moyenne des divers angles de vision que celle d’un seul point de vue. Toutefois le faire seul dans un premier temps puis en groupe plus tard permet de voir la nuance issue de la partialité des concepteurs

Qu'en faire ?

       Une fois les deux ou trois personae construits il est important de les hiérarchiser entre persona prioritaire et secondaire(s). En général le plus important est celui qui semble correspondre au plus grand nombre de lecteurs potentiels.

En se basant sur ce persona central, il est dorénavant possible de bâtir une stratégie de promotion pertinente et efficace. Car c’est en distillant les bons « produits » aux bonnes personnes qu’elles y prendront goût. Par exemple utiliser les canaux de communication sur lesquels est présent le persona (courriel, réseau social, blogue etc.), ou s’approprier le bon format (vidéo, audio, livre électronique, article gratuit etc.). Le champ des possibles est assez large, libre à la créativité de choisir que faire de ce persona. Outre la bonne orientation de la promotion, le persona peut servir de base comme « personne à qui dit peut correspondre un prochain ouvrage ». D’ailleurs cela ne bride pas la créativité, au contraire, offrir un cadre et un but permet de stimuler les idées créatives.     

En bref

       Pour conclure, le persona constitue une première étape dans la promotion réussie d’un auteur. En effet il a été vu que ce concept bâtissant un personnage mi-réel mi-fictif est un outil utilisé depuis plus de 20 ans. Dans le but de proposer un objet, un livre correspondant à son futur utilisateur. La psychologie humaine est vaste et complexe, mais la psychologie des foules est restreinte et simpliste. C’est en saisissant l’essence du persona qu’il sera possible de construire en amont une stratégie prospective afin d’obtenir des résultats satisfaisant. Partir la fleur au fusil est une action répandue mais peu efficace et usante. 

De plus construire des personae n’est pas une œuvre titanesque. Car en y mettant de la volonté, assez de rigueur et une pointe de synthèse le résultat sera satisfaisant. Enfin une kyrielle de ressources sont à disposition pour obtenir un persona pertinent, qu’elles soient digitales ou physiques, il y a « à boire et à manger ». Alors au fourneaux !  

 

[1] : La méthode des personas : principe, intérêts et limites, C. Bornet, E. Brangier, Bulletin de psychologie 2013/2 N°524 (page 115 à 134).  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.