fbpx

Quels réseaux sociaux choisir quand on est écrivain ?

Réseaux sociaux et écrivains

       Centre névralgique de la communication digitale des écrivains, les réseaux sociaux occupent dorénavant beaucoup l’attention des internautes. C’est donc une place incontournable pour communiquer et interagir avec eux. En tant qu’écrivain la représentation sur les réseaux sociaux est une étape clef d’une promotion en ligne holistique.

La cohabitation du réel et du virtuel

       Tout d’abord ces deux manières d’occuper l’espace public s’articulent entre elles et sont tout à fait homogènes et complémentaires. En effet le digital permet d’atteindre les personnes en oubliant la contrainte géographique et même temporelle (publication permanente, rediffusion etc.). En outre bâtir une notoriété en ligne peut servir de preuve sociale, qui permettrait d’attirer et de capter des sympathisants. Ensuite, la présence physique permet de prolonger l’aventure du virtuel et de partager un moment plus chaleureux. Par ailleurs il est plus aisé de fidéliser les lecteurs d’une manière plus forte encore en discutant de vive voix.      

Les écrivains sur les réseaux sociaux et leur lectorat

       Pour bien commencer il faut déterminer le persona qui correspond au lecteur type visé par l’ouvrage en cours de publication. En effet il n’y a pas d’œuvre universelle humaine touchant toute la population (même pas Les illusions perdues). A titre d’exemple un essai sur les réseaux de pouvoir derrière Éric Zemmour intéressera à 80% un type assez précis de personne. Il s’agit des hommes entre trente et cinquante ans, sensibles à la politique, ouvriers, petits fonctionnaires ou indépendants. Cela n’exclue pas que des personnes loin de ces critères n’achèteront pas l’opus. Mais ils composent une frange à la marge et il vaut mieux investir sur l’écrasante majorité des lecteurs potentiels. Une fois cela établi, pour les écrivains il reste à choisir LE réseau social où les lecteurs avec des affinités avec l’ouvrage passent du temps et s’engagent.

Réseaux sociaux et écrivains
Jean-Clair se lance sur Facebook

Choisir le bon réseau social

       Chaque plateforme digitale couvre une zone du marché des réseaux sociaux. Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn, Snapchat, YouTube, TikTok et Telegram, sont les principales qui regroupent un amas de personnes aux sensibilités diverses. D’ailleurs un point complet est mis en ligne par Campagne, qui est une plateforme spécialisée dans le conseil en communication locale. Pour parvenir à agréger des internautes autour de son travail, pour les écrivains il est crucial de créer du contenu adapté à chaque plateforme. En outre dans les premiers temps, se concentrer sur un seul réseau social permet de mieux fédérer des abonnés. Animer un profil en ligne, nécessite du temps et de l’énergie mentale, c’est pourquoi il ne faut pas diluer ses forces au sein de diverses plateformes.

Les réseaux sociaux textuels

       Ici est succinctement décrit l’essence de chaque réseau social. D’ailleurs sur les plateformes digitales suivantes, l’écrit et l’image sont au moins même niveau d’importance.

  • Pour commencer Facebook bien qu’en perte de vitesse chez les moins de vingt-cinq ans, demeure l’ogre du milieu. Avec 2.4 milliards d’utilisateurs il risque de poursuivre encore quelque temps son hégémonie. En tant qu’auteur, cette plateforme est conseillée pour viser les trente-cinq ans et plus.
  • Puis il y a LinkedIn qui est le réseau social des professionnels peut être une bonne idée pour les ouvrages concernant directement ou secondairement le monde de l’entreprise (au sens premier du terme). Par exemple une ancienne RH auteur d’un livre sur « L’art de s’en sortir dans l’enfer du salariat » pourrait obtenir de la notoriété et des ventes en créant du contenu sur la plateforme.
  • Ensuite vient Twitter qui met en avant le verbiage. Est une plateforme qui se concentre autour des 18-40 ans. Ce n’est pas la plus recommandable pour un auteur qui débute. Sauf s’il manie le clavier avec profusion et qualité. Car il faut beaucoup et bien tweeter pour glaner une visibilité significative.
  • Enfin le dernier venu de ce groupe est Telegram. La plateforme connait une croissance à trois chiffres à cause de la censure galopante sur les plateformes digitales. En effet elle promet à ses utilisateurs une liberté d’opinion totale. Sans non plus permettre des transgressions trop graves. Par exemple Telegram a déjà collaborer avec les autorités pour mettre un terme à des activités illégales. Néanmoins pour un auteur sulfureux, sans filtre ou grossier cela semble être l’Eldorado.

Les réseaux sociaux iconographiques

      Dans ce groupe de plateformes la place est largement donnée aux multimédias. Les principales sont :  

  • Tout d’abord il y a SnapChat qui est plutôt réservé aux moins de 35 ans. Il met l’accent sur les stories (vidéo de 10 secondes ou moins). C’est idéal pour les auteurs qui veulent partager leur quotidien ou leur journée à un salon par exemple.
  • Idem TikTok fonctionne sur le même principe de stories. De plus il est devenu très rapidement le terrain de prédilection des adolescents plus ou moins jeunes. Les remarques sur SnapChat sont également valables ici.
  • Suit Instagram qui est détenu par Facebook. La plateforme est très tournée sur l’iconographie et s’adapte bien aux ouvrages avec un univers visuellement riche. Les « papivores » s’y retrouvent sous l’hashtag #Bookstagram.
  • Pour finir YouTube, concerne les auteurs avec une fibre de vidéaste. En effet c’est l’endroit idéal pour créer des vidéos de qualité autour d’une ambiance littéraire. De plus avec de la pugnacité et de la qualité, récolter plusieurs milliers d’abonnés et donc autant de potentiels lecteurs est tout à fait envisageable en quelques mois. 
 
Grosso modo les réseaux sociaux pour écrivains se résument à ces huit plateformes. Pinterest n’est pas nommé parce que pour le moment ce n’est pas une place  suffisamment « engageante » (pour le moment) pour 99.9% des écrivains. 

Le passage à l'acte

       Maintenant que le choix d’un réseau social est arrêté, la réalisation d’un calendrier éditorial est la prochaine étape. Cette étape permet d’avoir une vision globale du rythme de publication et de s’y tenir. La fréquence d’activité recommandée dépend du réseau social. Les résultats peuvent être au rendez-vous pour les résilients et les patients. Certaines plateformes ont un ratio résultat/investissement meilleur, dans un prochain article du WaBlogue ce point sera abordé. Les écrivains et les réseaux sociaux semblent désormais inséparables. D’ailleurs les livres publiés par des personnalités digitales ou « influenceurs » glanent de plus en plus de places dans les classements des ventes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.